Saison 2,
51 MINS

l’IA au bloc opératoire – avec Karim Bensaci (Calyps)

octobre 08, 2018

“Sommes-nous capables d’envoyer les bons messages pour inciter les gens à changer leur comportement? » Karim Bensaci, directeur produits & solutions pour Calyps

Dans le 22e épisode d’Airccelerate podcast, Marco Brienza évoque avec Karim Bensaci la transformation digitale du secteur de la santé et le rôle que peut jouer l’intelligence artificielle (IA) dans les blocs opératoires.

Dans les hôpitaux américains en 2017, on dénombrait environ 16 professionnels accomplissant des tâches liées à l’action du médecin (1). Pour reprendre les mots de Karim Bensaci: “une opération, c’est un peu comme une pièce de théâtre” avec plein d’acteurs jouant un rôle bien déterminé. Au-delà d’une qualité de soin à la fois plus précise et plus rapide, l’IA promet aujourd’hui une convergence entre amélioration des services administrés aux patients et productivité mesurable dans le domaine de la santé.

Face à la révolution numérique, la santé dispose désormais de ses 4 “P”, quatre axes majeurs de développement de la médecine: Prédiction, Personnalisation, Préemption, Participation et Préemption (2).

Agence romande spécialisée dans les solutions analytiques pour les établissements de santé, Calyps a obtenu un financement Innosuisse pour mettre au point une planification intelligente des opérations chirurgicales ambulatoires. Après des incursions remarquées dans les secteurs des télécoms et du retail, le directeur technique de Calyps nous explique pourquoi et comment optimiser les flux de patients, de personnel soignant et de ressources ambulatoires, ceci dans le but d’augmenter le taux moyen d’occupation des salles d’opérations.

 

(1) https://blogs.letemps.ch/xavier-comtesse/2017/07/05/la-revolution-numerique-aura-t-elle-raison-de-la-medecine/

(2)  en droit, il s’agit de l’”action d’acheter avant un autre”.

Questions posées à Karim:

  • Comment passe-t-on de la “Data Intelligence” à l’IA?
  • Qu’est-ce que c’est que l’apprentissage par renforcement ?
  • L’objectif de votre projet est ambitieux: augmenter de 25% le taux d’occupation des salles opératoires (taux de remplissage actuel dans un établissement de santé en Suisse: 60% ; objectif du projet: 75%). En quoi l’IA constitue-t-elle une solution?
  • Selon Xavier Comtesse, on sait depuis plusieurs décennies qu’un des facteurs clés contribuant à l’augmentation constante des coûts de santé tient au recrutement toujours plus important en personnel. Une meilleure allocation des ressources n’induit-elle pas, de facto, une réduction du personnel soignant?
  • Dans l’étude pAIrspective, nous demandons aux sondés dans quelle mesure ils feraient confiance à une IA pour mener à bien les tâches suivantes – et toi?

Scroll to top