Saison 1,
29 MINS

Media & Entertainment, du 4/3 au 12K – avec Laurence Stoll (Marquise Technologies)

janvier 30, 2018

“Le support physique a posé des limites que l’industrie a voulu faire exploser. » Laurence Stoll, CEO de Marquise-Tech.com

Dans cet 11e épisode d’Airccelerate podcastMarco Brienza s’entretient avec Laurence Stoll, co-fondatrice & CEO de Marquise Technologies

Ne vous est-il jamais arrivé de louer un bon film sur Internet, puis de vous rendre compte que ses sous-titres sont dans la mauvaise langue en cours de visionnage? Ce fut récemment mon cas avec le biopic Dalida sur iTunes Store (version non HD) pour lequel je recommande aux téléspectateurs une solide base en italien (c’était la langue la plus pratiquée par Dalida, en sus du français et de l’arabe largement utilisés dans le film).

Un film à succès comme Frozen compte jusqu’à 36’000 fichiers à stocker, puis à transmettre aux nombreux canaux de diffusion répartis dans le monde: cinémas “physiques”, plateformes digitales (Swisscom TV, Netflix, iTunes, etc.) ou encore télévision.

Historiquement, la duplication des versions – dites “techniques” (ex. HD 4K, 16/9 , 4/3, …) ou “éditoriales” (version censurée, version avec plage(s) pub ou sans, …) – pour un film d’envergure internationale génère une quantité astronomique de travail à faible valeur ajoutée, afin de répondre aux contraintes de chaque média, ainsi qu’aux attentes des téléspectateurs.

Entrée en scène en 2010, la société suisse Marquise Technologies propose aux studios de tournage et à leurs sous-traitants un logiciel one fits all permettant de générer des formats audiovisuels adaptés aux multiples plateformes de diffusion, y compris les formats pour le cinéma numérique, les plateformes de streaming ou de VOD (Netflix, iTunes, …) adaptés aux dernières technologies : 4K, UHD, HDR .

Active dans 5 continents, Marquise Technologies et sa cofondatrice Laurence Stoll nous aideront à mieux comprendre comment le media & entertainment business a planifié sa transformation digitale et quelles sont les prochaines étapes.

Questions posées à Laurence:

  • Comment es-tu arrivée dans l’écosystème des médias audiovisuels?
  • L’histoire y joue peut-être un rôle: c’est en effet en 2002 que les studios de cinéma américains ont pris le parti de régler l’interopérabilité avec les grands écrans. Peux-tu nous résumer les principaux épisodes de ces 10 dernières années?
  • Le DCP (Digital Cinema Package) existe depuis bientôt 15 ans, mais comment les acteurs de l’audiovisuel à travers le monde l’appréhendent-ils?
  • Quelles sont les valeurs ajoutées de M I S T – Media Ingest Stream & Transcode – le logiciel Marquise-Tech? Quels sont vos clients-cibles à l’heure actuelle?
  • … où “gain de temps” peut signifier “pénalités économisées” …
  • Quel est ton interlocuteur de référence lors de rencontres clients?
  • … logique, avec l’investissement que requiert le standard IMF et le personnel technique à former!
  • Pour un canal de diffusion comme Netflix ou iTunes, le mastering à haute valeur ajoutée représente un aspects-clé du modèle d’affaires: depuis fin 2017, tous les films sur l’iTunes Store sont passés en HD, avec un nivellement des prix
  • Tu as des clients sur 5 continents, mais pas de base locale: comment tu fais?
  • N’est-il pas frustrant pour toi ou ton équipe de travailler en marque blanche
  • Quels seront tes grands enjeux en 2018?

Citation inspirante – par Laurence (exemple ci-dessous)

They didn’t know it was impossible so they did it.” Mark Twain

Scroll to top