Saison 1,
43 MINS

(s’)Investir dans l’innovation: le Corporate Venturing – avec Tatjana de Kerros (Ricolab)

mars 15, 2018

“ On a besoin de ce coup de pied, aussi en Suisse.  » Tatjana de Kerros, Mentor + Startups Builder pour Ricolab

Dans cet 12e épisode d’Airccelerate podcastMarco Brienza s’entretient avec Tatjana de Kerros, Startups Builder pour Ricolab

Si dans l’innovation réside le moteur privilégié d’une croissance saine et profitable à long terme, comment s’investir sans risquer d’y perdre des plumes? C’est la question que se posent des multinationales ‘traditionnelles’ comme Coca Cola Beverages aux US ou La Poste en Suisse, mais également des géants tels que Google.

Une réponse intéressante vient du Corporate Venturing (CVC), pratique qui consiste à réaliser un investissement financier dans des startups prometteuses, ce qui inclut malgré tout une bonne dose de risques, mais évite de les mélanger! Les avantages sont multiples, pour la société établie qui investit, comme pour la startup financée.

Instigatrice des nouvelles Swiss Corporate Venturing Nights à Zurich, la flamboyante Tatjana de Kerros a parcouru le monde des affaires pendant plus de 10 ans, avant de revenir en Suisse: entrepreneuse aguerrie, elle figure parmi les 5 femmes de moins de 40 ans à avoir collaboré avec les hautes sphères du gouvernement saoudien. Des Pays-Bas aux Emirats – en passant par Ricolab en Suisse – elle soutient les startups d’un point de vue business, tout en restant férue de technologies (click and mortar retail, blockchain, AI).

Questions posées à Tatjana:

  • Si tu commençais pour nous résumer les étapes-clés de ton parcours?
  • Avec un peu de recul, quels sont les key learnings apportés par ton expérience en Arabie Saoudite?
  • Quels sont les bénéfices du Corporate Venturing pour une multinationale ou encore une société établie comme leader sur son marché ? Et pour une startup?
    pour les multinationales: accès à l’innovation, réduction des coûts de R&D, rapidité de mise sur le marché, nouveaux segments de consommateurs, nouveaux modèles de consommation, création de nouvelles catégories de prix, – nouveaux canaux et marchés.
    pour les startups, c’est u accès non seulement au capital, mais au ‘smart capital’: tirer parti des réseaux, de l’expertise, des ressources, de la production, etc.
    En investissant dans les start-ups, les multinationales ont plus de chances de façonner non seulement l’avenir de leur entreprise, mais aussi la structure de leur marché au cours des 5 à 10 prochaines années. Il s’agit d’un levier concurrentiel qui peut influencer la trajectoire de l’industrie (!)
  • Bien des startups sont lancées dans l’idée de disrupter un marché endormi par des pratiques désuètes et souvent tenu par une société disposant d’une position dominante. Peut-on adhérer au Corporate Venturing sans vendre son âme ou, tout au moins, la mission initiale de la startup? (NB: le cas de Compte Nickel en France, acquis par BNP Paribas en 2017 est une bonne illustration).
  • la collaboration avec de grandes entreprises est souvent perçue comme une bataille entre David et Goliath. Cependant, la collaboration entre ces deux têtes est plus que jamais interdépendante. Collaborer avec une multinationale, ce n’est pas vendre son âme: c’est être pragmatique, surtout dans certaines industries comme la finance! Si vous voulez vraiment bousculer un marché, passez d’une niche à la masse et à ce titre la fintech est un excellent exemple. Toutefois, on atteint souvent un plafond après 3 à 5 ans de collaboration. C’est alors que la capacité d’innovation diminue, selon la proximité de la relation.
    Quelques chiffres utiles: la performance dépendante des start-ups financées par le CVC est de 50 % supérieure à celle des entreprises traditionnelles de capital-risque, en termes de croissance, de ventes, de canaux et de production, et leur performance à long terme est supérieure de 67 % à celle des entreprises traditionnelles de capital-risque.
    Dans un premier temps, le CVC augmente également la valeur de la propriété intellectuelle d’une startup, ce qui la rend 3 fois plus susceptible d’accroître la valeur de sa propriété intellectuelle au cours des 3 premières années d’investissement.

  • Peux-tu citer un bon exemple de Corporate Venturing?
    en 1914, Dupont a investi dans une société automobile âgée de 6 ans seulement, aujourd’hui connue sous le nom de General Motors

  • En quoi consiste ton travail de mentor (Startup House et Blue Whale)? Quelles différences vois-tu entre la posture tenue lors d’un Startup Weekend ou celle occupée pour Blue Whale?

  • A quand la version francophone du site Ricolab: vu de Zurich, le potentiel innovant de la Romandie semble-t-il insuffisant?

  • Prête pour la prochaine Swiss Corporate Venturing Nights ?

Citation inspirante – par Tatjana (exemple ci-dessous)

« Dear Optimist, pessimist and realist – while you guys were busy arguing about the glass of wine, I drank it! Sincerely the Opportunist! » Lori Greiner, inventor & entrepreneur

Scroll to top